Vous êtes ici > Accueil > Familles > Une bouteille à la mer > Pourquoi a-t-on le hoquet ?

Pourquoi a-t-on le hoquet ?
1er.06.2016

Imprimer Partager cette page
Incontrôlable et désagréable, le hic avec le hoquet quand il ne nous lâche plus : c’est de passer inaperçu ! 
 
Pourquoi l’attrape-t-on ?
En temps normal, respirer se fait sans difficulté grâce à l’action du système nerveux qui ordonne régulièrement la contraction puis le relâchement des muscles respiratoires. A l’inspiration, le diaphragme (muscle situé sous les poumons) s’abaisse et se contracte : les poumons se remplissent d’air.
Souvent, en réponse à un repas trop copieux ou avalé trop vite, le diaphragme et les autres muscles respiratoires se crispent brutalement dans l’abdomen, de manière involontaire et répétée : on a le hoquet. Ce phénomène réflexe est provoqué par l’irritation du nerf qui commande le diaphragme (le nerf phrénique).
Le diaphragme réalise alors successivement de fortes inspirations, immédiatement suivies d’arrêts brusques de la contraction musculaire. La cage thoracique est prise de secousses et, au fond de la gorge, la zone située entre les cordes vocales (glotte) se resserre. L’air inspiré a donc du mal à passer dans la trachée et les poumons, ce qui entraîne une vibration des cordes vocales et le bruit du hoquet. 
 
Comment stoppe-t-on une crise de hoquet ?
A la différence du hoquet chronique (rare), le hoquet bénin ne dure souvent pas plus de quelques minutes. Il disparaît spontanément, aussi vite qu’il était apparu. Pour l’arrêter, il convient de calmer les contractions musculaires en faisant revenir le rythme respiratoire à la normale.
Pour apaiser l’irritation du nerf phrénique, de nombreuses méthodes sont possibles, dont :
  • boire un grand verre d’eau d’une seule traite,
  • placer un bloc de froid sur son ventre au niveau du diaphragme,
  • détourner l’attention du système nerveux pour le pousser à s’intéresser à une autre zone du corps que le diaphragme (mettre du sucre sur sa langue),
  • augmenter la quantité de gaz carbonique dans le sang pour influencer le rythme respiratoire (retenir sa respiration quelques secondes).
A chacun sa technique ! 
 
 
Nathalie COULOMB
Animatrice-conceptrice scientifique au Vaisseau