Vous êtes ici > Accueil > Familles > Une bouteille à la mer > Pourquoi certaines personnes sont-elles plus maladroites que d’autres ?

Pourquoi certaines personnes sont-elles plus maladroites que d’autres ?
1er.06.2015

Imprimer Partager cette page
Ce matin, la journée de Lucie a vraiment mal commencé : en se versant du chocolat chaud, la tasse a débordé et une rivière marron s’est écoulée sur la table ! Vite, une éponge, elle court à la cuisine, trébuche sur le chien qui est couché au milieu du chemin et se cogne la tête contre l’évier en essayant de se rattraper.
Mais pourquoi certaines personnes sont-elles plus maladroites que d’autres ?
 
Remplir un verre, découper une pomme, descendre les escaliers, ces petits gestes du quotidien ne sont pas aussi faciles que l’on pourrait croire. Tous les enfants doivent les apprendre un jour. Prenons l’exemple de la pomme : si les adultes disent « Tu vas te couper » et empêchent l’enfant de le faire, il ne pourra pas s’exercer. Le jour où il sera obligé de couper sa pomme tout seul, il finira peut-être par se blesser.
 
Des recherches ont montré qu’il y a un âge où il est plus facile d’apprendre à imiter un mouvement ou à reconnaître un son, par exemple. Les scientifiques parlent de périodes critiques du développement de notre cerveau. Même si l’on peut se rattraper plus tard, l’apprentissage sera plus difficile.
 
Les adultes disent souvent « On dirait que tu fais exprès, fais donc plus attention ! » En réalité, ce n’est pas toujours une question de volonté. Par contre, jouer au ballon, faire de la balançoire ou bricoler permet de développer son adresse. Si cela ne suffit pas pour surmonter une maladresse vraiment dérangeante, il existe même une profession qui aide les personnes à trouver une aisance gestuelle : les psychomotriciens.