Vous êtes ici > Accueil > Familles > Une bouteille à la mer > Pourquoi il y a de l’air sur la Terre ?

Pourquoi il y a de l’air sur la Terre ?
1er.02.2013

Imprimer Partager cette page
Heureusement qu’il y a de l’air sur terre ! Imagine-toi comment on ferait sinon pour respirer ? On se promènerait avec des masques à oxygène certes très pratiques pour nager sous l’eau mais un peu moins pour aller dormir.
Non, heureusement nous n’avons pas besoin de ça pour vivre, enfin, pour l’instant. D’après nos connaissances, la planète Terre est la seule planète sur laquelle il y a suffisamment d’air pour qu’on puisse respirer.
Sur les autres planètes, on étoufferait tout simplement en quelques secondes. Mais l’air c’est quoi au fait ? C’est un mélange de gaz invisibles et sans odeur. Il est constitué d’azote, d’oxygène, d’une petite quantité d’autres gaz comme le gaz carbonique, l’ozone, l’hydrogène et d’eau sous forme de vapeur. Mais comment l’air s’est retrouvé sur la planète terre ?
Pour répondre à cette question, il va falloir remonter dans le temps. Il y a quatre milliards d’années, au moment de la naissance de la Terre, le nuage de gaz qui l’entourait ne contenait pas encore d’oxygène. La chaleur dégagée pendant la formation de la Terre a provoqué l’apparition de gaz contenus à proximité de sa surface. Ces gaz ont, dans leur majeure partie, disparus dans l’immensité de l’espace. Seuls les plus lourds, comme l’oxygène, sont restés proche de la surface de la planète, attirés, comme toute chose ayant un poids, par la gravitation terrestre. D’ailleurs vous avez sûrement remarqué que quand vous allez en altitude il y a moins d’air.
Avec l’apparition de la vie et le développement des plantes la quantité d’oxygène contenue dans l’atmosphère a considérablement augmenté. Oui les plantes et certains microorganismes rejettent de l’oxygène, grâce à la fameuse photosynthèse, vous vous souvenez ? Sur d’autres planètes on retrouve aussi de l’oxygène. Sur mars par exemple, mais malheureusement il n’y en a pas assez pour qu’on puisse y vivre. Respirer sur mars ça serait un peu comme mettre la tête dans un pot d’échappement.
Mais ça n’empêchera pas l’homme d’essayer d’y mettre les pieds un jour…