Vous êtes ici > Accueil > Familles > Une bouteille à la mer > Pourquoi les faux-bourdons n’ont-ils pas de père ?

Pourquoi les faux-bourdons n’ont-ils pas de père ?
1er.04.2015

Imprimer Partager cette page
Dans un essaim, il existe trois types d’abeilles : la reine, les ouvrières et les faux-bourdons. La reine est la mère de toutes les autres abeilles de la colonie : ses filles sont les ouvrières et ses fils sont les faux-bourdons.
 
La reine pond des centaines d’œufs par jour qu’elle entrepose dans des alvéoles faites de cire. Les ouvrières s’occupent de tous les travaux. Elles nourrissent les larves, construisent des rayons de cire ou récoltent du pollen et du nectar. Les faux-bourdons, quant à eux, se laissent nourrir par les ouvrières. En effet, leur rôle est avant tout de ne pas gêner les travailleuses et, le moment venu, de féconder les jeunes reines d’autres colonies.
 On pourrait donc comparer les faux-bourdons aux frères paresseux des ouvrières. Ou, plus exactement, à leurs demi-frères. En effet, ils n’ont que leur mère en commun car les faux-bourdons ne possèdent pas de père. Mais comment se fait-il que qu’ils n’aient pas de père ?
 
En fait, avant que la future reine ne prenne ses fonctions, elle va entreprendre son vol nuptial. Lors de ce vol, elle s’accouple avec plusieurs faux-bourdons issus d’autres colonies. Elle emmagasine ainsi leur sperme dans une petite poche de son abdomen qu’on nomme la spermathèque. Après l’accouplement, les faux-bourdons meurent. La reine, quant à elle, peut soit féconder ses œufs avec le sperme de sa spermathèque, soit pondre des œufs non fécondés. Les œufs fécondés vont donner naissance à des abeilles femelles alors que les abeilles mâles naîtront d’œufs non fécondés. Les informations génétiques des faux-bourdons proviennent donc uniquement de leur mère : c’est pourquoi ils n’ont pas de père.
 
Ce mode de reproduction à un parent est nommé la parthénogénèse. Il a été découvert en 1835 par le prêtre polonais Johann Dzierzon qui se passionnait pour les abeilles. En effet, il observa que la jeune reine pondait des œufs de faux-bourdons avant son vol nuptial. Il en conclut donc que les œufs non fécondés donnent des faux-bourdons. Sa découverte lui valut cependant la colère de l’église catholique. Comment une créature pouvait-elle venir au monde sans père ? Seule la Sainte Vierge Marie avait accomplie ce miracle. La découverte significative de Dzierzon a néanmoins été confirmée par d’autres apiculteurs et il a ainsi pu se réconcilier avec l’église à la fin de sa vie.
 
Au fait, le faux bourdon n’a peut-être pas de papa, mais il a tout de même un grand-père ! Saurez-vous à expliquer pourquoi ?

 

Stephan Kayser
Animateur-concepteur au Vaisseau